Vie et alimentation de la Daurade Royale

La dorade (sparus aurata)

La dorade (qui s’écrit aussi daurade) est un poisson de la famille des sparidés. Elle est de la même famille que le sar, le pageots, le marbré etc. Son nom scientifique est sparus aurata mais elle est communément appelée daurade royale, « dodo », « gueule pavée », « belle aux sourcils d’or », médaillon (très petite dorade), « blanquette » (poisson de moins d’un kilo), « plateau » (grosse daurade).

Localisation

La dorade est un poisson côtier qui fréquente des fonds jusqu’à 150m. Elle est présente sur la côte atlantique, des îles britanniques jusqu’au Cap-Vert. Elle apprécie les eaux chaudes de toute la méditerranée, même si elle est moins présente à l’extrême-est de celle-ci, ainsi qu’en mer rouge et noire!

carte répartition dorade royale
carte de répartition de l’espèce sparus aurata source

 

Morphologie

photo dorade royale
photo dorade royale

La dorade est un poisson puissant, on le ressent dès que l’on en pêche une. Elle est massive avec un corps ovale de couleurs gris argenté, avec une trace dorée sur le front (rappelez-vous « la belle aux sourcils d’or »). Elle a aussi une trace noire sur les opercules, ce qui permet de la reconnaître facilement. Suivant les périodes de l’année ou la zone où elle se trouve, elle peut être plus ou moins foncée. C’est notamment le cas au printemps en méditerranée où les poissons sont plus maigres et plus clairs. Sa bouche est grande et l’intérieur est plein de dents plates, comme des molaires, lui permettant de broyer des coquillages et vos hameçons 😉 Sa chair est excellente, elle fait partie des meilleurs poissons de mer, ce qui évidemment l’expose au braconnage et aux trafics.

Reproduction

La dorade est un poisson hermaphrodite, qui né male et devient femelle au bout de deux ans. La dorade quitte les eaux peu profondes aux environs du mois de novembre pour aller pondre au large. La taille légale de capture de la dorade, qui permet notamment au poisson de se reproduire au moins une fois, est de 23cm, aussi bien en mer du nord qu’en atlantique ou méditerranée. Respectez la maille, ne gardez pas des poissons trop petits pour qu’on puisse encore longtemps pratiquer notre loisir. La daurade peut atteindre 8kg et 70cm au maximum. Le record de France est un poisson de 7,360 Kg pris en Bretagne. A un an, la dorade fait normalement déjà 20cm, à deux ans 30cm, puis sa croissance est moins rapide. Pour atteindre 60cm, il lui faut 8 ans, suivant les conditions bien évidemment.

Activité

La dorade est un poisson actif en journée, notamment quand il fait beau temps. De belles pêches peuvent aussi se faire la nuit, notamment en septembre et octobre, juste avant qu’elles ne se reproduisent. La pêche de la dorade se pratique en France du printemps jusqu’à l’automne, novembre étant le mois où elle quitte le bord de mer pour des eaux plus profondes. En effet, la dorade déteste le froid, elle déserte les eaux en dessous de 15°C. Une eau autour de 20° est idéale si vous désirez tenter votre chance, le poisson étant normalement plus actif à ce moment là. Les dorades se déplacent en bancs, sauf les plus grosses qui ont tendance à être un peu plus solitaires. C’est pourquoi lorsque vous prenez un poisson, ne passez pas trois heures à le décrocher et à remettre un appât. Gardez un oeil à vos autres cannes à pêche, ça risque de « taper ». En méditerranée, les dorades arrivent aux alentours de la mi-mars et empruntent les canaux ou « graus » vers les étangs côtiers où les eaux se réchauffent plus vite. Elles quittent ces étangs autour du mois d’octobre, après un coup de mistral qui refroidit les eaux.

Alimentation

La dorade est un poisson essentiellement carnivore. Sa gueule pavée lui permet de broyer sans coup férir les coquillages et crustacés, notamment les crabes, les moules, les couteaux et les vers marins. Elle est vorace et un banc peut détruire le travail d’un conchyliculteur en un rien de temps. Elle s’attaque aussi aux petits poissons si l’occasion se présente, ainsi qu’aux seiches, calamars et poulpes.

2 commentaires à propos de “Vie et alimentation de la Daurade Royale”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*